Depuis l'arrivée d'Internet, la consommation de manga n'a fait qu'augmenter dans l'hexagone, et « One Piece » fait probablement partie des œuvres les plus suivies en France tous domaines confondus. Forcément, les rappeurs français eux aussi ont été influencés par le phénomène, et à l'occasion de la sortie du film « One Piece : Red », on va revenir sur les liens entre nos rappeurs préférés et le plus gros carton manga de tous les temps.

La collab PXP x One Piece :

Mangas et rap, une grande histoire d'amour

Le rap français n'a pas attendu « One Piece » pour pouvoir caler des références aux mangas dans leurs textes, ou simplement se faire influencer par l'univers des mangas venus du Japon. Le genre musical, apparu en France dans les années 80, s'est toujours nourri de toutes les influences diverses auxquelles il pouvait être soumis : la chanson française traditionnelle, par exemple, mais aussi toute la musique américaine. A cette époque, le seul manga ou animé consommé par la jeunesse était « Goldorak », qui n'a pas fait un véritable carton mais a semé les graines pour l'émergence, quelques années plus tard (grâce à l'incroyable émission « Club Dorothée », d'une véritable « Génération Dragon Ball Z ». Il s'agit là de la première baffe reçue par nos rappeurs français, dont les yeux étaient surtout tournés vers l'Amérique et l'imagerie noire-américaine, en provenance du Japon. Très vite, la puissance de Son Goku, son appétit, ou encore le sale caractère de Végéta ont fait leur apparition dans les textes de rap FR, même si le nombre de rappeurs avec ce genre de référence était plutôt restreint. Car même si tout le monde ou presque adorait Dragon Ball, les mangas en général n'étaient pas forcément très à la mode dans la street. Du moins jusqu'à l'arrivée de Naruto, et surtout de « One Piece », œuvre consommée en masse, notamment grâce à Internet et des fameux « scans ».

« One Piece » est le manga qui a réussi à rendre cool  le fait de consommer des mangas, en animés ou en livres. Longtemps, les fans de culture japonaise étaient vus comme des geeks qui étaient dans leur monde, mais la tendance s'est radicalement inversée dans les années 2010, et c'est un peu grâce au « plus grand manga de tous les temps » (en termes de succès, et de longueur). Désormais les mangas font partie intégrante de la street culture, au même titre que les films de gangsters ou les westerns auxquels faisaient référence IAM et NTM à leurs débuts. « One Piece » s'est donc peu à peu infiltré dans les textes de tous vos rappeurs préférés, en particulier ceux de la nouvelle génération, mais pas seulement. Grand avant-gardiste, Orelsan avait très tôt fait référence au manga culte dans plusieurs de ses textes, à l'époque de la sortie de son album « Le Chant des Sirènes ». Dans le morceau « 2010 », il rappait notamment « j'ai regardé One Piece huit fois, les 460 épisodes », ce qui est l'occasion de nous rappeler que cet album a déjà plus de dix ans... Et qu'à l'époque, il n'y avait « seulement » que 460 épisodes animés à consommer pour les fans, contre 1025 actuellement... Orelsan, qui a toujours assumé cette identité un peu geek, ayant rendu ça un peu cool lui aussi, et citant « One Piece » qui a eu le même effet pour les mangas, c'est tout sauf un hasard. Il n'est pas le seul à citer l’œuvre dans ses textes, et on peut notamment parler de « Sam's », que vous avez peut-être découvert dans la série « Validé », qui est lui aussi un grand fan du manga et notamment des « hakis », ces pouvoirs magiques de l'esprit que peuvent se transmettre les personnages de « One Piece ». 

Ces hakis ont d'ailleurs la cote auprès de beaucoup de rappeurs, comme la MMZ, dont ont reparlera plus tard. Pour certains artistes, ce sont donc les pouvoirs de l'esprit qui sont enviés, mais pour d'autres, il s'agit d'aptitudes corporelles. Comme Bolémvn, dans « Biffzer » sur l'album du Seven Binks, qui se verrait bien avec un membre élastique, pour des raisons évidentes qu'on ne citera pas ! Enfin, d'autres artistes semblent avoir des rapports beaucoup plus complexes et profond avec « One Piece », comme Nekfeu par exemple, qui parle de ses potes qui sont des « anti-héros comme Roronoa Zoro », un des personnages les plus importants du manga, comme pour expliquer que dans la vie les choses ne sont pas toujours comme elles le paraissent. Pour D.Ace, le manga l'a complètement happé, au point de lancer une série de freestyles « Mangas » (en 5 volumes) dans laquelle il fait de nombreuses fois référence à la grande épopée « One Piece ». Enfin, on ne peut pas parler de références, de mangas et de rap français sans parler de Freeze Corleone, cador dans ce domaine, qui a lui aussi dédié un morceau à « Luffy », en 2016. Mais aussi une subtile référence à Nico Robin, un des personnages les moins cités par nos rappeurs. Freeze dit « rechercher l'histoire comme Nico Robin », l'archéologue, comme pour illustrer ses rapports conflictuels avec les thèses historiques officielles. Enfin, pour Ashe 22, dans « Sunset », lui annonce simplement qu'il « découpe la prod avec la lame à Zoro », au moins vous êtes fixés sur l'ambiance bien sombre du morceau !

One Piece : la piraterie n'est jamais finie

Mais évidemment, un des aspects qui revient le plus souvent quand on parle de « One Piece », ce sont les pirates. Car avant d'être un phénomène interplanétaire, ce manga est avant tout une histoire de pirates, qui vivent des aventures, une espèce d'Odyssée. Avec un équipage de pirates, qui tient le premier rôle, un capitaine (Luffy) emblématique, mais aussi des valeurs et un certain code de la piraterie. Et la piraterie, dans le rap français, on aime. On adore, même, car le pirates est une des figures marginales qui ont fait tremblé les états à une époque, des sortes de symboles fantasmés de liberté sans concession. Le pirate incarne l'insoumission, la subversion, l'aventure et également une certaine vision de l'existence faite de camaraderie, de rhum et de femmes (même si pour le coup, on est plus proches de Jack Sparrow que de Luffy). Alors quand en plus de ça, Booba (peut-être lu aussi grand fan de One Piece), se met à qualifier ses fans de pirates, en lançant sur les réseaux sociaux un slogan bien connu (la piraterie n'est jamais finie), on comprend qu'il n'en fallait pas plus pour que le rap français et l'équipage des « Mugiwara » (les pirates au chapeau de paille) vivent une belle histoire d'amour.

Ça a été le cas, et ça l'est toujours. De nombreuses punchlines continuent de faire référence à « One Piece », à la piraterie, comme Nekfeu qui rappait dans « Milliardaire », en 2011, avec son groupe 1995 : « J'fous le zbeul avec mes pirates comme Luffy dans One Piece ». Un beau clin d’œil au caractère très tapageur, fort en gueule et bordélique qu'on prête aux pirates, et en particulier à l'équipage de Monkey D. Luffy, jamais les derniers pour se mettre dans des situations incroyables et foutre un maximum de bazar. Là encore, on se retrouve avec la piraterie qui est mise en avant grâce à une référence au manga. Damso lui aussi a placé sa ref au manga par cet aspect, même si, en écrivain torturé qu'il est, il a complexifié la chose avec une double ref à « One Piece », une pour Luffy et son bras long, et une pour la piraterie. Dans le morceau « M. Noob Saibot », sur son album « Ipséité » en 2017, il rappait : « j'ai le bras long mais par pour selfie, Piraterie, Mugiwara Luffy ». Il fait évidemment référence au bras élastique de Luffy, obtenu en mangeant un fruit du démon bien spécifique. Un bras qu'il n'allongera pas pour prendre un selfie, car il déteste ça, si on en croit ses paroles. Mais aussi donc un big up à la piraterie, à l'époque où Damso était encore signé chez 92i, le label du chef de la piraterie du rap français, Booba. On vous a surtout mis les punchlines qu'on trouvait intéressantes et bien faites, mais évidemment, la liste n'est pas exhaustive et avait simplement pour but de vous montrer la manière dont « One Piece » a complètement fusionné avec le rap français et la culture urbaine. Et quand on sait qu'on a au moins 3 ans avant que la fin du manga ne soit publiée, on se dit que cette belle histoire est partie pour durer encore longtemps !

On en profite d'ailleurs pour rappeler que la collection One Piece x Project X Paris est toujours disponible, puisqu'on a évidemment refait les stocks après le succès fulgurant des premières ventes. Cette capsule est un véritable bockbuster validé par toute la jeunesse urbaine, d'ailleurs Ninho nous a envoyé une belle force en validant la collab One Piece x PXP, puisqu'il a été aperçu à de nombreuses reprises avec des sapes venues de la capsule. De passage chez Vistavue, principal revendeur de lunettes Cartier en Europe, Ninho en a profité pour enfiler le hoodie One Piece Luffy en couleur ivoire, une des pièces qui a le mieux marché de la collection. La preuve que les rappeurs FR son influencés par One Piece jusque dans leurs vêtements !

Produit ajouté aux favoris