Alors que le 92, 93 et le 94 ont longtemps concentré l'attention dans le rap game, le 91 s'est imposé ces dernières années comme « LE » pourvoyeur de talents du Rap Français. Et tout ça, c'est aussi un peu grâce à Kodes, et à ses potes du Bâtiment 7 d’Évry. Focus sur son ascension fulgurante.

Évry, capitale du Rap

Si on veut parler du rap français des dix dernières années, on est évidemment obligés de parler du 91 et en particulier d’Évry. Une ville que beaucoup de franciliens ne connaissent pas, à cause de sa distance relative avec Paris et du temps de transport qu'il faut depuis la capitale pour s'y rendre. Un éloignement doublé d'un isolement donc, mais ça n'a pas empêché les jeunes d’Évry de créer leurs propres codes, leur propre langage et leur propre style de rap. Aujourd'hui, la ville rayonne sur toute la France, car de nombreux talents en sont issus et que l'identité artistique de la cité du 91 a fortement influencé toute la production rap de ces dernières années. Après Niska qui a conquis la France avec son « Matuidi Charo », puis avec les méga-hit « Réseaux » et « Sapés comme Jamais », c'est au tour du Bâtiment 7 de la cité du Parc aux Lièvres de briller, avec Koba la D en chef de file, suivi de près par tout le Seven Binks, dont Kodes est un des fondateur. Il fait partie de ceux qui ont poussé les potes à se mettre sérieusement dans la musique et à laisser un peu de côté les bêtises, et c'était visiblement une excellente idée !

Car aujourd'hui, on ne compte plus le nombre de certifications qui sont tombées sur le célèbre Bâtiment 7. Kodes est l’un des premiers de la bande du Seven Binks à s'être mis au rap, avec un style très punchy, accrocheur, agressif même parfois : la rage du Bat 7 en personne. On peut d'ailleurs noter quelques similarités entre son style et celui de Niska, autre grande légende du rap d’Évry. « Desko », comme il s'appelait lui-même lors de ses débuts, porte en étendard les valeurs de son quartier : la débrouillardise, la solidarité, la bravoure face à l'adversité mais aussi le fait de croire à fond en ses rêves, en son destin et de se donner les moyens d'y parvenir. Quand il se lance dans le rap au sein de la Mafia Spartiate, autour de 2015, celui que l'on surnomme « Kodes la B » (pour « la barrière ») est loin d'imaginer qu'il deviendra un rappeur aussi important. Mais 7 ans plus tard, avec 2 projets solo et 4 projets de groupe au compteur, il est classé parmi les artistes sérieux, dont on attend les sorties. Le bad boy du Bat 7 ne se fait pas prier quand il s'agit de kicker, en studio ou en freestyle, lui qui à ses débuts était dans un style de rap qui tapait dur.

Mais il a aussi su diversifier sa palette artistique, une étape indispensable pour devenir une tête d'affiche dans le rap français actuel. Il est capable d'ambiancer une soirée avec certains de ses morceaux rythmés, et même de verser dans un rap plus mélancolique, plus mélodieux, avec un peu plus d'émotions. Alors qu'il se prépare à sortir son troisième album solo pour cette année 2022, le rappeur arrive à un véritable tournant de sa carrière et il en a pris conscience : c'est un sacré bosseur qui sort énormément de morceaux, de clips, qui participe à des feats et semble bien décidé à occuper tout l'espace possible. Car Kodes a la rage de vaincre made in 91, et entend bien faire durer sa success story le plus longtemps possible. Signé chez Wati B, label extrêmement important dans l'histoire du Rap Français, il a toute les cartes en main pour franchir encore un pallier supplémentaire. Car en plus d'un rap maîtrisé, avec une musique qui respecte les codes du kickage, le rappeur a bien plus d'une corde à son arc et on a pu observer ça lors de notre shooting en collaboration avec lui !

La collab Kodes x PXP

Les artistes ont parfois des personnalités assez discrètes et ne sont pas forcément compatibles avec le fait de poser devant un objectif, de se mettre en scène lors d’un shooting photo. Mais pour Kodes, lui qui a l’habitude des caméras, ça semble plutôt naturel ! Il faut dire que dans tous ses clips, le rappeur a une attitude folle et un style travaillé. Le plus gros du travail était donc déjà fait, et il ne nous restait plus qu'à imaginer un cadre incroyable pour un shooting mémorable. C'est chose faite, avec la magnifique Ferrari F8 Tributo Spyder qui vient rajouter une touche de luxe dans ce shooting plutôt street et estival. Le tout évidemment sublimé par la tenue issue de la capsule Springbreak, une collection très colorée incontournable cet été. Un short avec imprimé tropical, couplé à une chemise décontractée et assez ample, avec les mêmes couleurs, pour un effet d'ensemble très réussi et c'est dans la poche : on a une véritable tenue streetwear, portée avec style, en rajoutant des lunettes de soleil et un imposant « bling bling » autour du cou.

Le rappeur est également très à l'aise avec l'autre tenue issue de la capsule Rainbow, un peu moins exubérante que la première mais aussi beaucoup plus street. Il faut dire que l'outfit est un peu plus sombre, même si les logos sur le torse, eux, restent très colorés, aux couleurs de l'arc-en-ciel. Cette fois, on lui a donc fait passer un t-shirt avec le motif logo dégradé sur toute la surface, et un petit rappel du logo tout autour du col. On ajoute à cela le short qui a lui aussi le motif logo dégradé arc-en-ciel sur toute la surface, avec le même fond noir et un logo un peu retravaillé sur l'avant de la jambe gauche. Fièrement assis dans la Ferrari, Kodes s'en sort divinement bien et le rendu très street est vraiment efficace, toujours avec la même montre et la même chaîne impressionnante. Probablement la tenue la plus street et la plus naturelle pour le rappeur, à égalité avec l'ensemble issu de la capsule Bandana : un ensemble short + hoodie, avec motifs bandana, pour lequel on a changé de décor. Finie la Ferrari en extérieur, place au petit avion quadriplace Robin DR 400, qui attendait dans son hangar une occasion de se montrer.

Un changement d'ambiance loin de déranger le rappeur, qui a enchaîné comme un vrai pro, pour des photos vraiment très réussies grâce au travail de nos designers sur la lumière notamment. On a quand même trouvé le temps de faire essayer à l'artiste une quatrième tenue, cette fois issue de la capsule « Patchwork », une capsule qui cherche à jouer avec la superposition de blocs de couleurs pour un rendu doux et plutôt stylé. Une tenue qui s’éloigne du côté street pour plus se rapprocher d’un style workwear et là encore, Kodes est au top : un short beige avec un double logo brodé sur la jambe gauche, et la chemise à blocs de couleurs « Patchwork », pièce phare de la collection, portée avec un débardeur blanc en dessous et une paire de sneakers noires. Un véritable sans faute pour le rappeur du 91 à qui on souhaite le meilleur pour la suite, notamment pour son album solo qui devrait arriver bientôt. En espérant pouvoir collaborer à nouveau avec lui dans un avenir proche !

Produit ajouté aux favoris